La toute première fois que j’ai pris la parole en public, avec un enjeu professionnel, c’était sur une scène de théâtre pour une audition dans une école professionnelle de Théâtre. J’avais 21 ans.  J’avais tellement le trac que mes organes se faisaient entendre plus fort que ma propre voix. Je parlais de dos au public. Je bégayais. Je balbutiais… Je voulais vite me débarrasser de ce que j’avais à dire (Vous connaissez ça aussi ???).

J’étais certaine que je faisais perdre un temps précieux aux personnes du jury présentes en face de moi, parce que je ne me trouvais pas assez intéressante. Heureusement pour moi, un entretien préalable en tête à tête avait convaincu mon futur instructeur de mon potentiel scénique et théâtral. Le temps lui a donné raison puisque j’en ai fais mon métier pendant 20 ans. Et de spectacles en spectacles, de personnages en personnages et de tournages en tournages, j’ai pris suffisamment confiance en mes capacités oratoires pour devenir, depuis 2010 (à 40 ans), coach, formatrice et/ou conférencière pour des élus, des dirigeants, des managers, des entrepreneurs ou encore des consultants sur la prise de parole en public, et le Marketing de Soi plus récemment.

C’est quoi le trac en fait ?

Petite précision utile :

Il est important de ne pas confondre TRAC et STRESS ! Le trac engendre un certain stress, certes, toutefois, on peut stresser pour de multiples raisons, sans pour autant éprouver du trac. J’espère que vous serez d’accord avec cela !?
Le trac qui se fait ressentir surtout dans les viscères, est différent du stress (qui agit au niveau du cerveau limbique, siège de nos émotions). Le stress, quant à lui, se fera plutôt ressentir au niveau du crâne et de ses vaisseaux, comme une pression interne, qui nous entrave la réflexion ET la concentration. Car il peut avoir, sur du long terme, une influence sur notre tension artérielle.
On sait aujourd’hui que le trac est une émotion toujours liée à un événement futur. C’est une sensation particulière liée à l’émotion de la peur.

Pourquoi ce sentiment de “trouille” nous habite parfois si fort ?

Qu’est-ce qui se met en route en nous qui soit capable de nous mettre dans des états parfois si… Incroyables, si loin de ce que l’on connait de nous habituellement, quand on doit parler en public ? Des études récentes révèlent que « la peur de ne pas être à la hauteur » serait la principale cause de ces symptômes venant tout droit d’un au-delà irréel. Cette peur serait suivie de « la peur du regard de l’autre » et de « la peur du jugement négatif de l’autre ». Des peurs plus pétrifiantes que stimulantes, surtout si on y ajoute un peu de manque de confiance en soi !

Qui est le responsable de cet état ?

Notre cerveau reptilien, aussi appelé cerveau archaïque, (siège, entre autre, de notre instinct de survie) serait le responsable de ces peurs vivaces.
Dès que nous avons la sensation d’être dans en milieu hostile, ou en tout cas inconnu (comme celui de la prise de parole en public) le cerveau reptilien détale au galop pour notre sauvegarde. Se met alors en place dans notre organisme tout un processus inconscient de volonté de « fuir » ou d’être pétrifié(e) sur place. C’est la raison pour laquelle nous pouvons avoir cet élan spontané de nous demander, juste avant de prendre la parole : « Mais qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi je ne suis pas assis(e) tranquillement avec les autres dans l’assemblée ? Inconnu(e), discret(e),  anonyme, assorti(e) au fauteuil tel un caméléon invisible ? Aaarg ! ».

Notre cerveau reptilien n’est pas le seul en cause !

Puis, si quand on ne sait pas maîtriser ses émotions -parce que l’on a jamais appris – notre système limbique (siège, entre autre de nos émotions et de nos apprentissages) prend le relais… Vous savez, c’est quand une idée fixe tourne en boucle avec un nœud à l’estomac quand il s’agit du trac… Une trouille viscérale qui nous laboure le ventre en même temps que l’on entend en écho dans notre tête : “Je vais jamais y arriver !” ou encore “Oh la la… Faut pas que je me plante devant tous les grands pontes…” Bref, vous le savez mieux que moi…

Je vous rassure, “maîtriser et utiliser ses émotions” afin de trouver sérénité et apaisement en toutes circonstances, ça s’apprend ! Oui, oui !
Pour savoir comment, découvrez notre “test sur l’intelligence émotionnelle“.

Alors que faire pour rester crédible en public ? 

De la même manière qu’il paraît « qu’un Homme averti en vaut deux », prenez le temps de préparer vos interventions afin de pouvoir, dans un premier temps, choisir ce que vous voulez dire. De cette manière vous sortirez de l’émotionnel pour aller vers le rationnel. Le trac est une énergie qui peut devenir motrice quand on sait s’y prendre.

Posez UNIQUEMENT les grandes lignes de vos idées essentielles du “corps” de votre intervention, sur une feuille, sans rédiger. (Pour garder la sensation de maîtriser votre sujet). Le secret est de garder une part de “souplesse” dans la manière dont vous allez articuler vos idées. Si vous rédigez trop avant une intervention orale, vous voudrez dire TOUT ce que vous avez écrit, et c’est là que vous serez incapable de lâcher votre papier, parce que trop long à retenir, quitte même parfois à vous cacher derrière…

En revanche, choisissez bien votre style d’introduction afin qu’elle soit pertinente voire percutante d’emblée, et de la même manière, préparez bien votre conclusion, de façon à laisser, à votre auditoire,  une bonne sensation de vous et de votre prestation!

C’est ça se mettre en “mode solution” !

Pourquoi croyez-vous que les comédiens font des répétitions à partir d’un texte écrit ? Même le travail de l’improvisation se prépare…. Si si ! Improviser ça s’apprend ! Ça  se travaille ! Réfléchir vite ++ ça s’apprend ! Tout s’apprend, en fait, ça ne vient pas tout seul, pour PERSONNE !
Ça  vous rassure ? Vous vous sentez moins seul(le) ? (cf mes articles sur “L’improvisation théâtrale comme art de la répartie” et “l’improvisation comme excellence collaborative“) .

Parce que prendre le temps de préparer sereinement ses allocutions permet d’être dans un certain lâcher-prise au moment de votre prise de parole, d’être dans le choix de ce que vous décidez de dire, et vous concentrer là-dessus, vous permettra de prendre confiance. Cela vous laissera le temps d’envisager sereinement les potentielles questions de l’auditoire… Pensez juste à vérifier, en amont, le temps que vous avez pour votre intervention. (Parfois, en réunion par exemple, le timing de chacun est très serré, et si vous êtes informé, vous serez plus serein.

Conseil

Focalisez-vous sur une chose : c’est VOUS le spécialiste du sujet que vous allez aborder, alors… Vous SAVEZ de quoi vous allez parler !
Si besoin, notez des chiffres, des infos techniques et précises + les grands titres de votre allocution.
Vous voyez que vous commencez déjà à vous détendre !

Attention, soyons clairs, comme tout apprentissage, cela demande un certain effort au départ. Mais si vous êtes motivé, cela peut aller très vite !
Toutefois avec un peu de pratique, le temps fera son travail. Cela deviendra, pour vous aussi, un automatisme comme conduire, écrire ou parler.
Et vous y prendrez peut-être même du plaisir… Un jour !
Vous savez, tous les grands orateurs ont appris à un moment donné… Même si ça ne se voit plus !  Et qu’aujourd’hui, ils paraissent si naturels que la plupart des gens, en les voyants, pensent que le charisme est inné !
Ce qui est faux. Je vous garantis que développer votre aisance et la qualité de votre présence s’apprend aussi…

Alors, pourquoi pas vous ?

Comme nous le suggérait Nelson Mandela :  “Cela nous semble impossible jusqu’à ce qu’on le fasse“.
Tout commence par la maîtrise de ses émotions !
Et si vous faisiez notre test pour mesurer votre quotient émotionnel et en savoir plus sur votre Intelligence émotionnelle ?

Et n’hésitez pas à avoir la “Humain Digital Attitude” en partageant cet article, si vous l’avez apprécié.

Merci de votre lecture,
A bientôt,

Corinne Blanc Faugère

Corinne Blanc Faugère

Révélatrice de charisme et de valeurs.
Je suis l'anti sieste de votre Marketing de Soi 2.0 et de votre communication.
Passionnée par les relations humaines et l'évolution d'internet, j'ai créé le concept de « Marketing de Soi 2.0 », en cofondant, fin 2015, "Humain Digital", que je dirige depuis.
Psychosociologue et coach de formation, je suis investie par le théâtre d'improvisation et le jeu d'acteur au point de l'avoir pratiqué professionnellement, mis en scène et transmis pendant 20 ans.
Mon objectif depuis 2010, est de mettre ma bienveillance, mon énergie et mon expertise de l'aisance, de la prise de parole, du storytelling, du charisme et du leadership au service de l'accompagnement des dirigeant(e)s et entrepreneur(e)s, en boostant leur impact et leur image de marque, sous forme de coaching, de formations ou de conférences.
Et si vous aussi, vous passiez de l'ombre à la lumière ?
Corinne Blanc Faugère
Marketing de Soi 2.0 - Corinne Blanc-Faugère

Chez nous Humain Digital, nous respectons nos lecteurs, 

et votre adresse Email ne sera ni vendue, ni échangée.

Merci pour votre inscription !

Partagez10
+1
Tweetez
Partagez