Convaincre… Quel bel objectif ! Qui devrait être celui de tout orateur. Et pourtant…
Je vous préviens, dans cet article, je balance… C’est pour cela qu’il est un peu détaillé.
Comme vous le savez, ce n’est pas le genre de la maison, mais là… C’est tellement important que j’y vais !
J’ai assisté hier soir, à un puissant auto sabotage en public et quasi en direct.

La secrétaire d’état de Bruno Lemaire, ministre des affaires économiques et des finances, Delphine Gény-Stephann devait être présente à l’événement auquel j’ai participé. Pour diverses raisons, elle n’a finalement pas pu faire le déplacement.
Elle a eut la bonne idée de faire une vidéo pour compenser son absence. Sur le papier, c’était plutôt une bonne idée, parce qu’avec cet acte, elle montrait à la fois qu’elle était à l’aise avec l’utilisation de nouvelles technologies de communication, et aussi qu’elle avait le souci du devenir de tous les acteurs économiques régionaux, dont les entrepreneurs qui sont la force vive d’une économie locale.
Mais en réalité, ce choix de la vidéo pour transmettre son message fut une véritable catastrophe…

Pour rapidement resituer dans le contexte

Hier soir, j’ai assisté à une soirée d’UPE 30 (la 1ere organisation économique de la région et réseau d’entrepreneurs dynamique).
Plus de 1200 entrepreneurs s’étaient mobilisés pour cette soirée autour de “Place à l’entreprise” où nous avons pu assister aux témoignages touchants de certains chefs d’entreprises locaux qui ont su développer une “success family” avec des valeurs humaines essentielles.

Depuis 6 ans, cet événement de grande qualité est de plus en plus prisé par les dirigeants de TPE, de PME et des grandes entreprises locales. Beaucoup d’acteurs économiques locaux étaient présents. Des tables rondes sur des thèmes comme :

  • “Reprise et transmission : les clefs de la réussite”,
  • “L’entreprise se transforme: disruptez-vous”,
  • “Commerces de proximité : quel avenir pour les centres villes”.

Des vrais sujets qui nous concernent toutes et tous au demeurant, que l’on soit chef d’entreprise ou non.

Une séance plénière était prévu ensuite, de 19h à 20h30 sur le thème : “L’entreprise : défi d’avenir“. A l’issue de laquelle un cocktail dînatoire parfaitement orchestré était organisé dans le parc jouxtant les lieux.
Tout était proche de la perfection, jusqu’au moment où la vidéo de Mme Delphine Gény-Stephann fut lancée, peu de temps avant la fin de cette succession de prises de parole d’intervenants divers.

Et c’est là que “convaincre… Ou pas” prend tout son sens !

Bon, cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant… N’y voyez là, bien entendu aucun positionnement politique de ma part.
Mais plutôt une vraie occasion, de me servir d’un nouvel évènement vécu, pour vous transmettre des conseils pratiques et concrets,
afin de vous éviter de tomber dans un piège technologique non maîtrisé.

Alors ? Convaincre or not convaincre ? 

En fait, ce serait presque plus rapide de faire la liste de ce qui allait… Vraiment !
Vous conviendrez que pour être convaincant, un orateur ou une oratrice doit d’abord être crédible.
Et bien là, moins de 20 sec ont suffit à Mme Gény-Stephann pour se décrédibiliser.
Personnellement, c’était la première fois que j’assistais à une prise de parole de cette nouvelle secrétaire d’état. Et je puis vous assurer que l’éloquence, n’est pas son fort.

Ce qui n’allait pas ? 

  • D’emblée, elle “parle faux”. Qu’est-ce à dire?
    Et bien, vous savez, ce ton annonant que l’on a parfois lorsque l’on récite et que l’on n’est pas sûr de soi ?! Vous voyez ? Ce ton lancinant et ronronnant ou aussi, lorsque l’on lit un texte sans aucune conviction… Sans aucune incarnation…  Ben voilà, c’est ça parler faux !
    A NOTER : Je l’ai enregistré en podcast, il est écoutable ici-même. (Vous pourrez vous en faire votre propre opinion).
  • Cette oratrice avait un prompteur… Bon ! Soit ! Ce n’est pas la première me direz-vous. Certes, vous répondrais-je alors.
    Toutefois, nous ne sommes pas obligés de le crier, de le hurler que nous lisons notre texte sur un prompteur, lors d’une prise de parole en vidéo. Parce que là – et je suis vraiment navrée de ne pas avoir pu le filmer pour vous le montrer afin que vous vous en fassiez votre propre idée – mais la captation était faite de beaucoup trop prés, on ne voyait que les pupilles de l’oratrice qui ne cessaient de bouger de gauche à droite, inlassablement. C’était tellement visible que cela en parasitait son discours… Comment se fait-il qu’un cameraman professionnel l’ait filmée de si près ? (Même si cela ne fait aucun doute que c’était pour lui éviter de laisser apparaître des “faux gestes” qui vont souvent de pair avec un “parler faux”). Malheureusement, cela n’a eut d’effet que de lui accentuer son côté figée. Un réalisateur professionnel sait ça, en général.
    Vous croyez qu’elle s’est enregistrée, toute seule, avec son smartphone ??? Non… Quand même !!!
    Très rapidement, le public s’est mis à parler, à faire des apartés, à chahuter car en se filmant de la sorte, cette dame s’est décrédibiliser et on ne faisait plus attention qu’à la forme de sa prise de parole…(comme vous l’entendrez sur l’enregistrement audio) Et petit à petit dans l’auditoire, plus personne n’écoutait le fond de son allocution.
  • Au delà d’avoir un prompteur, cette secrétaire d’état n’incarnait pas son discours. C’est souvent ce qu’il se passe lorsque l’on récite, sans penser à ce que l’on dit. D’où le résultat du “parler faux”.
    1. Y croyait-elle à son message ?
    2. Se sentait-elle concernée par ses propos ?
    3. Connaissait-elle son public ?
    4. Etait-elle vraiment concernée par le devenir des entreprises de taille intermédiaire dont elle parle ?
    5. Donne t-elle envie d’être écoutée ?
    6. Était-elle crédible ?
  • Parlons à présent des bafouillages… Alors oui, on peut bafouiller lors d’une prise de parole en vidéo… Mais justement, l’un des GROS avantages majeur d’un tournage, c’est que l’on peut recommencer. Justement pour éviter les cafouillages d’articulation. Et bien là, que nenni ma bonne amie…
    Ici, il y a eu au moins 4 accrochages bien marqués, qui ont été enregistrés et immortalisés sur la vidéo. Cela dénote, en général, soit d’une élocution trop rapide (ce n’est pas le cas ici), soit une certaine “mal a l’aisitude” de l’orateur. (Ce qui me semble être le cas ici).
    Et hop ! Une couche de plus de décrédibilisation !
    Comment se fait-il que le cameraman ne lui ait pas proposé de recommencer ?
    Vous croyez qu’elle s’est enregistrée avec son smartphone ??? Toute seule ? Non… Quand même !!! On commence tout de même à avoir des doutes.
  • Pour quelqu’un qui occupe ce genre de poste, on s’interroge ! C’est tout de même très surprenant ! Alors oui, au départ, ce n’est pas une communicante, elle a une formation et un parcours d’ingénieure, mais “elle dispose toutefois d’une expérience gouvernementale. Elle avait déjà travaillé en tant que cheffe de bureau à la direction du Trésor puis à l’Agence des participations de l’État au ministère des Finances de 1999 à 2005″ (nous dit le journal “Le Monde” en novembre 2017).
    C’est vrai que lorsque l’on atteint ce niveau gouvernemental, lors des interventions, le public devient exigent. Très exigent même.
    Et que l’on puisse laisser “sortir” une vidéo de cette qualité pour la diffuser à un public de professionnels…  ça reste étonnant !
    Il y a pourtant de nombreux conseillers en communication qui pullulent autour de chaque ministre, secrétaire d’état et même de chaque député.
    Alors ? Que s’est-il passé ce jour-là pour Mme Delphine Gény-Stephann ?
    Et je crains que nous ne sachions jamais.

Soyons vigilants avant de communiquer via une vidéo.

En réalité, la VRAIE solution pour cette secrétaire d’état – qui visiblement ne maîtrise pas l’aisance oratoire filmée – aurait été d’annoncer son absence à l’événement et basta. Parce qu’à vouloir être partout à la fois, ben là… Elle s’est totalement discréditée. Et cela donne non seulement une mauvaise image d’elle en tant qu’oratrice, mais aussi, une mauvaise image de l’estime qu’elle porte aux professionnels présents à Nîmes ce soir-là.
Donc bilan pas très positif en définitive…

Parce que notre image professionnelle peut en pâtir ! 

Eh oui ! Sans le vouloir, Mme Delphine Gény-Stephann nous offre là un bel exemple “d’anti” Marketing de Soi abouti et, une non maîtrise de sa communication orale.
Quel dommage ! Alors que la vidéo est un média tellement intéressant pour faire passer des informations de façon directe et dynamique.
Qu’en pensez-vous ?

Je devrais peut-être lui faire passer ma carte 🙂
Si vous la connaissez, vous pouvez lui parler de mon site, on ne sait jamais !

En conclusion

Au delà d’être un média pertinent, la vidéo, via la caméra, est aussi une loupe grossissante d’une potentielle aisance. Elle peut-être un parfait allié comme un parfait ennemi. La vidéo trahira tou(te)s celles et ceux qui manquent de naturel oratoire, qui manquent de sincérité ou encore qui manquent de temps de préparation pour faire passer un message.
Et preuve en est que l’aisance audiovisuelle se travaille et se développe.

Mes conseils

Alors, si vous faîtes parti de ceux qui ont de velléités de vous enregistrer pour partager votre expertise ou encore communiquer avec un groupe ou avec une équipe, mon humble conseil est de prendre le temps de vous préparer avant de vous enregistrer.
Vous préparer, bien sûr, et aussi prendre le temps de préparer les conditions dans lesquelles vous allez vous filmer ou être filmé.
Parce que vous l’aurez compris, l’enjeu est de taille.
J’ai d’ailleurs décidé de mettre en place prochainement une série de vidéos détaillant les pièges dans lesquels ne pas tomber lors de ses prises de parole en images.

Si vous voulez échanger avec moi, d’ici là sur ce sujet de la prise de parole en vidéo, vous pouvez me joindre directement sur ce formulaire. (la conversation restera ente nous et ne s’affichera pas aux autres lecteurs).

 

Merci d’avoir lu jusque là.
Si vous trouvez cet article pertinent, vous avez l’habitude… Merci d’avoir la “Humain Digital Attitude” en le partageant.
A bientôt ici ou là,

Corinne Blanc Faugère

Corinne Blanc Faugère

Révélatrice de charisme et de valeurs.
Je suis l'anti sieste de votre Marketing de Soi 2.0 et de votre communication.
Passionnée par les relations humaines et l'évolution d'internet, j'ai créé le concept de « Marketing de Soi 2.0 », en cofondant, fin 2015, "Humain Digital", que je dirige depuis.
Psychosociologue et coach de formation, je suis investie par le théâtre d'improvisation et le jeu d'acteur au point de l'avoir pratiqué professionnellement, mis en scène et transmis pendant 20 ans.
Mon objectif depuis 2010, est de mettre ma bienveillance, mon énergie et mon expertise de l'aisance, de la prise de parole, du storytelling, du charisme et du leadership au service de l'accompagnement des dirigeant(e)s et entrepreneur(e)s, en boostant leur impact et leur image de marque, sous forme de coaching, de formations ou de conférences.
Et si vous aussi, vous passiez de l'ombre à la lumière ?
Corinne Blanc Faugère
Marketing de Soi 2.0 - Corinne Blanc-Faugère

Chez nous Humain Digital, nous respectons nos lecteurs, 

et votre adresse Email ne sera ni vendue, ni échangée.

Merci pour votre inscription !

+1
Partagez
Tweetez
Partagez